5 sites pour faire des rencontres coquines

W3 est une société franco-américaine fondée en par Yannick Pons. Depuis, la société installée à New York roule sur l'or des petites annonces grâce à ses marques Vivastreet et Appartager. Mais depuis quelques mois, ce dinosaure du web veut changer la rencontre homosexuelle.

Les franciliens, lassés, voient sûrement cet encart entre deux et trois fois par jour. Que cache-t-il?

Difficile à condamner

A priori, pas grande chose. W3 est une société fondée en par Yannick Pons à New York. Le Français lance alors aux États-Unis son service EasyRoomMate, une plateforme de petites annonces pour trouver rapidement un futur colocataire. Depuis Yannick Pons et W3 se concentrent dans le financement de startups aussi diverses que prometteuses avec une seule règle: En France, comme en Amérique et en Europe, le duo de sites est devenu une référence. Ziipr, une application de rencontres entre hommes dont les affiches tapageuses encadrent nos rames. Le projet est imaginé en interne chez W3 en avril Interrogé, entre autres, sur cette fameuse campagne Cédric Brochier, porte-parole de Ziipr, nous explique avec adresse: Nous ne le pensons pas.


  • Pourquoi Vivastreet ferme sa rubrique.
  • Alternatives aux rencontres Vivastreet.
  • W3 : vitrine de la prostitution 2.0 et éthique discutable.

Cette publicité dans le métro parisien a pour seul et unique but de faire connaître notre produit à notre cible. Or, cette cible représente seulement quelques individus sur la population présente sur le quai du métro. Il fallait donc attirer leur attention de manière percutante.

Bisexuels, pansexuels, sapiosexuels et nous en oublions. Nous avons donc décidé de prendre en compte ces critiques et de créer notre produit en fonction des avis des utilisateurs. Ce constat étonne aux premiers abords les connaisseurs de la communauté gay.

Rencontres sérieuses Belgique

Mais face à ce paysage déjà occupé, M. Nous pensons que si ces applis ont réussi à surpasser leurs prédécesseurs, pourquoi pas nous? De plus, les utilisateurs sont gagnants dans cette compétition des applis de rencontre, car ils ont plus de choix et vont pouvoir se tourner naturellement vers la plus complète pour eux.


  • comment trouver site de rencontre gratuit.
  • rencontre speed dating marseille!
  • Annonces sur Vivastreet: Le site de petites annonces suspend sa rubrique «Rencontres»!

Comme nous le confient prosaïquement des utilisateurs de Grindr: Pour le moment cela reste donc Grindr pour moi. Alors pour contrer un tel monopole, W3 se lance dans une aventure coûteuse: Nous avons aussi cherché à vérifier si les visiteurs de ces sites sont des clients potentiels de prostitués. Mon annonce se présentait comme une "brunette sexy de 19 ans qui fait des massages et qui reçoit chez elle".

Des hommes demandant systématiquement quels étaient mon tarif, mes pratiques sexuelles et mes disponibilités. Exemple de ces échanges par mails via VivaStreet mettre en plein écran pour un meilleur confort de lecture:. Une fois qu'il connait mon faux âge, cela ne l'arrête pas et il souhaite poursuivre la conversation sur nos messageries personnelles Gmail:. Il faut préciser que parmi ces hommes intéressés par deux mineures, la plupart nous ont fait une proposition ferme de rendez-vous, avec une date, un lieu. Sans oublier le prix de nos prestations.

rencontre sur vivastreet

Un montant régulièrement revu à la baisse par les clients potentiels. Lors de nos correspondances avec ces hommes, nous avons eu droit au programme détaillé des pratiques auxquelles il fallait que ma jeune amie de 14 ans et moi se plient. Ces hommes risquent 3 ans de prison et Selon le code pénal, quiconque sollicite, accepte ou obtient, en échange d'une rémunération, ou même d'une simple promesse de rémunération, des relations sexuelles avec un mineur peut être condamné.

Beaucoup de clients préféreraient désormais trouver des prostituées sur internet plutôt que dans la rue, de peur de se faire arrêter en flagrant délit. De leur côté, de nombreuses prostituées nous ont confirmé avoir quitté la rue pour travailler en ligne.

Petites Annonces Gratuites . Annonce : Emploi , Rencontre, Immobilier Vivastreet

C'est le cas de Stella, une prostituée latino-américaine. Je travaille sur plusieurs sites, sur Vivastreet. Je ne précise pas sur mon annonce que je suis une prostituée mais une masseuse. Et autour de moi, la majorité des prostituées utilisent VivaStreet. Car, paradoxalement, il est plus dangereux de travailler chez soi que dans la rue. De plus, les clients se sentent en position de force. Ils négocient les tarifs à la baisse et exigent des rapports sans préservatif. Thierry Schaffauser, lui-même prostitué sur internet et co-fondateur du STRASS , le syndicat du travail sexuel, a observé une augmentation des agressions de prostituées depuis le vote de la loi au printemps Des hommes qui ne veulent pas payer, par exemple.

En plus, quand on essaie de porter plainte, en général la police se dit que si c'est juste des menaces, à la rigueur on veut bien prendre une main courante, mais on ne va rien faire parce qu'il n'y a pas de faits avérés. Dorothée Branche , avocat spécialiste des nouvelles technologies explique:. Il faut faire un travail de recoupement". Ça va en contradiction totale avec les conditions d'utilisations du site de Vivastreet, qui prévoit explicitement que les annonces auxquelles seront jointes des photos suggestives ou sexys, seront systématiquement modérées. Je note que manifestement ça ne l'a pas été et j'ai pu, de mes propres consultations sur le site, voir que nombre d'autres photos suggestives étaient laissées par Vivatreet en toute liberté et sans modération.

Une barrière symbolique toutefois facile à franchir. Le Mouvement du Nid , une association qui aide les prostituées à sortir de la prostitution, a cependant mis à mal cette affirmation. Lorraine Questiaux raconte la suite:. Ce qui signifie que Vivastreet connait très bien l'intention de la personne qui poste l'annonce, à savoir se prostituer, mais qu'elle opère une modification pour se protéger juridiquement".

Face à ces annonces masquées, la police et la justice semblent impuissantes. Ca fait maintenant 5 ans.

« Vivastreet s’engraisse sur mon activité »

Ils laissent faire, et ils gagnent beaucoup d'argent. C'est donc du proxénétisme sous une forme nouvelle, contre laquelle il va falloir combattre. Le chiffre d'affaires de VivaStreet était de 70 millions d'euros en Une partie de cet argent irait donc dans les caisses de certains de ces sites de petites annonces gratuites.